Il faut en finir avec l’application ArriveCAN

Le plan de gestion des voyages du gouvernement libéral est un cauchemar administratif non fondé sur la science.

Si vous avez voyagé à l’extérieur du pays au cours des deux dernières années, vous avez probablement utilisé l’application ArriveCAN du gouvernement du Canada.

Sinon, vous auriez pu vous voir menacé de quarantaine prolongée, de contraventions ou – d’après les propres mots utilisés sur le site Web du gouvernement – de « mesures d’application de la loi ».

Même alors que les règles relatives à la COVID s’assouplissent partout dans le monde, les libéraux insistent pour que les voyageurs canadiens aient recours à des arrangements spéciaux pour revenir au pays.

Malheureusement, le premier ministre actuel et son gouvernement semblent résolus à s’immiscer dans la vie privée et les renseignements personnels des Canadiens et Canadiennes en inscrivant le Canada parmi les premiers pays à adopter le projet pilote du Forum économique mondial (FEM), lequel vise à introduire l’utilisation de l’Identité numérique des voyageurs connus (INVC). 

Il faut que ça cesse.

J’ai déjà indiqué clairement qu’un gouvernement sous ma direction n’adopterait pas le projet d’identité numérique. 

J’ai fièrement défendu le droit de voyager de tous les Canadiens et de toutes les Canadiennes – peu importe leur statut vaccinal – dès que les libéraux ont décidé de se livrer à des jeux politiques et de démoniser un grand nombre de personnes à des fins stratégiques.

Vous pouvez regarder une entrevue récente que j’ai donnée et qui avait trait à la défense des droits de la Charte en cliquant ici

Aujourd’hui, je déclare qu’en tant que chef de l’opposition, j’insisterai pour que le gouvernement ferme l’application ArriveCAN.

S’il ne le fait pas, je la fermerai lorsque je serai première ministre.

Êtes-vous d’accord qu’il est temps d’en finir avec ArriveCAN?

Cliquez ici pour m’en faire part.

Restez informé

Nom*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.