Je déteste la politique

Je déteste la politique.

Ça peut sembler étrange venant d’une politicienne, mais c’est vraiment ce que je ressens. Je suis ici parce que je veux sincèrement mettre mes talents au service de mes compatriotes canadiens et canadiennes.

Je déteste que la politique soit dominée par la peur.

Je déteste que des politiciens s’emploient à faire en sorte que leurs partisans craignent leurs adversaires plutôt que de les inspirer.

Je déteste que lorsque je ne suis pas en accord avec une personne, on s’attende à ce que je sois en désaccord avec tout, alors qu’en réalité, nous avons beaucoup plus en commun que ce sur quoi nous ne sommes pas du même avis.   

Beaucoup de personnes bien intentionnées m’ont écrit pour me dire que je devrais attaquer les autres candidats de multiples façons. Pour certaines personnes, être méchant est un symbole de force.

Je m’y refuse. J’aborderai les préoccupations des électeurs et je leur ferai part de mes solutions. Je veux que les gens votent pour moi parce qu’ils appuient ma vision, et non parce qu’ils détestent quelqu’un d’autre. Ce serait comme renoncer à vos valeurs pour voter pour la personne qui a le plus de chances de gagner selon vous même si vous n’êtes pas d’accord avec ses politiques. Je crois qu’il est important de rester fidèle à ses convictions et de les défendre.

Qu’est-ce que je pense vraiment des autres candidats?

Pierre n’est pas le « Donald Trump canadien » ou quelconque autre étiquette que la gauche a choisie pour l’attaquer. Les libéraux le détestent et plusieurs personnes de la gauche aussi parce qu’il a dénoncé leur hypocrisie sans flancher et qu’il a exposé le château de cartes économique qu’ils ont érigé au début de la pandémie.

Roman Baber est un homme de conviction. Que vous soyez d’accord avec lui ou non, il a risqué sa carrière pour défendre ce en quoi il croit. Personne ne peut mettre en doute la sincérité de ses paroles.

Scott Aitchison a émis des idées sérieuses et réfléchies tout au long de la campagne. Peu importe le résultat de la course, j’espère qu’il continuera à défendre ses idées novatrices pour améliorer la vie du peuple canadien.

Jean Charest n’est pas un libéral; c’est un politicien canadien chevronné qui a connu une longue et gratifiante carrière tant en politique fédérale que provinciale. Il considère que la meilleure façon de servir les Canadiens et Canadiennes consiste à se replonger dans la fonction publique et j’espère qu’il continuera à s’investir au sein de notre parti, peu importe qui gagnera la course à la chefferie.

Ce que je déteste le plus, c’est que le présent courriel ne sera sans doute pas parmi mes messages les plus populaires. J’amasserais probablement plus d’argent si j’essayais d’attiser la haine entre les campagnes ou si je prétendais être la seule candidate qualifiée de la course.

La méthode qui consiste à diviser pour mieux régner s’est avérée être un succès pour Justin Trudeau, et c’est pourquoi il a utilisé la peur de la COVID lors de la dernière élection pour déchirer notre pays. Qu’il s’agisse de créer un faux Trump ou de prétendre à tort que les centres d’aide et de soins pour les femmes enceintes forcent les gens à avoir des bébés non désirés, les libéraux utiliseront à nouveau la politique de la peur parce que nous, le peuple canadien, continuons d’y réagir.   

Je refuse de prendre part à la politique de la peur, indépendamment des gains possibles. Je m’efforcerai de favoriser l’unité qui engendre l’espoir et l’optimisme. Lorsque j’essaie de vous sensibiliser à la voie dangereuse dans laquelle s’engage le Canada, c’est pour vous informer et vous inciter à agir.

Je continuerai d’user de mon rôle pour encourager les Canadiens et Canadiennes et de diffuser des informations pertinentes qui suscitent la réflexion.

De plus, si j’ai la chance de gagner votre confiance en tant que dirigeante, je me dévouerai à créer un environnement où tous les membres du parti sont respectés, où la voix de tous les membres du caucus est valorisée et où les Canadiens et Canadiennes peuvent trouver un terrain d’entente, même sur les enjeux les plus polarisants et polémiques.

Restez informé

Nom*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.