Leur pire plan à ce jour

Le discours officiel basé sur la peur qui entoure la question du changement climatique est utilisé pour modifier entièrement notre mode de vie.

J’ai déjà parlé de la façon dont les politiques de carboneutralité vont transformer notre chaîne d’approvisionnement alimentaire et de la raison pour laquelle le Canada se dirige maintenant vers un mécontentement semblable à celui qu’on voit aux Pays-Bas et au Sri Lanka. 

Mais cela ne se limite pas à l’agriculture. Bientôt, les petites entreprises ne pourront pratiquement plus fonctionner.

Ils appellent cela des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Les Normes internationales d’information financière (IFRS) proposent un nouveau régime comptable basé sur les critères ESG qui s’applique à toutes les petites et moyennes entreprises. Ce nouveau système prend en compte toutes les étapes du « cycle de vie » de tous les produits et services offerts par l’entreprise. Ainsi, les propriétaires de petites entreprises devront faire le suivi des produits à partir de leur origine et de toutes les émissions qu’ils génèrent (lesquelles, bien entendu, diffèrent d’un acheteur ou d’un utilisateur à l’autre).

Ironiquement, pendant que ces règles insensées seront imposées aux entreprises au Canada, les entreprises canadiennes qui ont des activités en Chine, en Inde et ailleurs n’auront pas à imposer de telles mesures à leurs établissements locaux. 

Ne vous y trompez pas, le but de ces politiques est de complètement détruire la structure de notre économie qui dépend de la production locale. En fait, les entreprises canadiennes seront récompensées dans cette structure si elles ne produisent rien parce qu’ainsi, leur empreinte carbone sera plus petite. 

C’est aussi tout à fait à l’opposé de la leçon que nous devrions avoir apprise de la crise de la COVID-19, c’est-à-dire que nous devrions nous concentrer sur le renforcement de nos chaînes d’approvisionnement et chercher à devenir plus autosuffisants.

Demander aux petites entreprises de se conformer aux critères ESG équivaut à complètement paralyser notre secteur de petites entreprises locales sans qu’aucun objectif mesurable ne démontre la façon dont ces pratiques vont réellement réduire nos émissions de carbone. 

Pour ceux qui doutent que la gauche veuille pousser cela aussi loin, il vous suffit de lire ce qu’en disent les libéraux dans leurs propres mots. Ils ne parlent pas de préserver notre mode de vie TOUT EN protégeant l’environnement. Ils disent que les prix de l’essence élevés sont bons (article en anglais seulement) parce que, grâce à ces prix, les gens arrêteront peut-être d’utiliser des voitures. 

Ils sont tout à fait à l’aise de diriger notre société vers un nouveau système où tous nos repères pour mesurer la richesse et le succès seront éliminés. Ils prévoient tout transformer. 

Éventuellement, même nos calculs du produit intérieur brut ne seront plus basés sur ce que nous produisons, mais seront plutôt mesurés selon notre empreinte carbone. Les contrats seront probablement enregistrés au format numérique et toutes les transactions associées à un contrat seront mesurées et enregistrées dans un système numérique qu’on appelle chaîne de blocs. Votre identité numérique comportera un fichier d’information tenant compte de tout ce que vous consommez et produisez et, bien sûr, de votre empreinte carbone. À l’avenir, tous les achats seront enregistrés et associés à votre identité numérique et, si vous consommez trop de sucre, par exemple, il se peut que la machine distributrice de crème glacée ne s’ouvre pas pour vous.

Ce sera notre nouvelle économie. Les biens seront mesurés selon leur « durabilité ». Le gouvernement et les conglomérats d’entreprises décideront des mesures et il arrivera exactement ce qui s’est passé aux Pays-Bas, où les vrais experts (les agriculteurs) n’ont même pas été consultés pour les calculs. 

Le nouveau système englobera même la propriété. Imaginez que vous possédez un immeuble locatif qui ne satisfait pas à leurs critères environnementaux arbitraires : vous seriez incapable de le louer ou de le vendre, il deviendrait un actif délaissé. Tous les contrats de location ou de vente étant numérisés, il serait impossible de transférer un titre ou de prendre une entente de location tant que la propriété ne serait pas considérée comme convenable selon les nouvelles normes environnementales.

Ce que je trouve grotesque dans tout cela est que les politiciens ne nous offrent pas des explications au sujet de ce qui se passe, nous voyons plutôt toutes les personnes qui s’en aperçoivent, posent des questions et partagent de l’information se faire traiter de complotistes. Ils espèrent que les gens ne s’en apercevront pas alors même que des éléments de notre souveraineté personnelle et nationale se sont détériorés. Et malheureusement, beaucoup se laissent tromper par les politiciens qui leur lancent des slogans et des points de discussions pendant que notre avenir s’effondre tout autour de nous. 

Je vois plusieurs développements à l’horizon :

  • dans quelques années, ou même quelques mois, nous verrons les agriculteurs devenir incapables de produire des récoltes aussi abondantes que celles des années précédentes et nous les verrons peut-être même dépossédés de leurs installations agricoles au nom des politiques de carboneutralité;
  • nos lois cherchent déjà à désarmer les gens... non pas ceux qui commettent des crimes avec des armes à feu, mais plutôt les chasseurs et les citoyens propriétaires d’armes à feu respectueux de la loi;
  • les maisons deviendront encore moins abordables;
  • beaucoup de petites entreprises seront incapables de survivre en suivant le modèle des critères ESG de carboneutralité tandis que les formalités administratives et les règles de conformité enrichiront les avocats, les comptables et les consultants en environnement.

Malheureusement, il semble que tout cela finira par se produire. Lorsque les gens prendront enfin conscience de la situation et demanderont des comptes à leurs élus, il sera peut-être trop tard. Peut-être qu’alors les gens s’apercevront que tous les signes étaient là sous leurs yeux et que les politiques de la peur les ont fait entrer dans la 4e révolution industrielle mise de l’avant par les dirigeants du Forum économique mondial (en anglais seulement) Peut-être entendront-ils finalement les mots de leur propre premier ministre (en anglais seulement) qui disait ouvertement que la COVID-19 avait fourni « l’occasion d’effectuer une réinitialisation » et de « réinventer les systèmes économiques ».

Toutes ces choses sont réellement en train de se passer. Elles sont le résultat des politiques de la peur qui permettent aux élites mondiales et à nos gouvernements de nous imposer toutes sortes de politiques de façon non démocratique puisque, justement, nos peurs nous ont placés dans une position où nous devenons volontairement aveugles à ce qui en résulte. 

Je continuerai à défendre le Canada et notre souveraineté, peu importe ce que les gens diront de moi et malgré les calomnies des médias.

Si vous voyez ce qui se passe, vous engagerez-vous à m’appuyer pour protéger et défendre le Canada et lutter pour que nous puissions continuer à demeurer un pays fort, libre et prospère?

Vous joindrez-vous à moi?

Restez informé

Nom*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.