Vos décisions en matière de santé vous appartiennent

Il y a quelques années, il aurait semblé totalement inutile de le dire, mais les choix individuels en matière de santé des Canadiens et Canadiennes devraient être protégés et respectés.

Comme rapporté par Blacklock’s Reporter hier (article en anglais seulement), des données demandées par ma collègue Marilyn Gladu ont confirmé que plus de 2 500 fonctionnaires fédéraux ont été suspendus sans solde pour avoir refusé de montrer une preuve de vaccination. 

Bien que l’Agence de la santé publique du Canada n’ait jamais recommandé de suspendre les employés non vaccinés et que le sous-administrateur en chef de la santé publique ait lui-même déclaré aux médias qu’une mesure obligatoire n’était pas nécessaire, ces fonctionnaires ont tout de même perdu leur emploi et leur moyen de pourvoir aux besoins de leur famille.

Par le fait même, le gouvernement a perdu les connaissances et les compétences de ces employés, dont 66 fonctionnaires de l’Agence de la santé publique et plus de 300 employés du ministère de la Défense nationale. De nombreux arrangements raisonnables auraient pu être envisagés pour accommoder ces employés qui travaillaient déjà majoritairement à partir de la maison. Le Canada n’est pas devenu plus sûr parce que ces employés ont été suspendus.

La Loi canadienne sur les droits de la personne empêche la discrimination fondée sur la race, les croyances, le sexe ou d’autres attributs. J’ai récemment donné mon appui au projet de loi présenté par mon collègue conservateur Garnett Genuis qui consiste à ajouter la pensée et les convictions politiques à la liste des droits devant être protégés. En tant que première ministre, j’irais plus loin en présentant une mesure législative en vue d’empêcher que vous soyez victime de discrimination en raison de votre statut vaccinal.

Il est difficile de croire qu’une telle mesure soit nécessaire, mais les actions punitives du présent gouvernement libéral ont démontré que les choix individuels en matière de santé des Canadiens et Canadiennes doivent être protégés par la loi. 

J’ai refusé de dévoiler mon statut vaccinal par principe. Même s’ils aimeraient pouvoir le faire, les libéraux ne peuvent pas me licencier pour cette raison, bien que cette décision m’ait déjà coûté cher personnellement et professionnellement d’autres façons. Tous les Canadiens et toutes les Canadiennes doivent savoir qu’ils sont libres de faire leurs propres choix en matière de santé sans subir de discrimination.

Que vous soyez vacciné ou non, j’espère que vous êtes d’accord avec moi que la discrimination à l’égard de nos confrères et consœurs canadiens est mal, quelle qu’elle soit.

Restez informé

Nom*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.